Fonds de garantie financière KAZOZA

KAZOZA a mis sur pied un projet de Fonds renouvelable dont l’objectif est d’améliorer et de faciliter l’accès au crédit pour des entrepreneurs moins privilégiés au Burundi. Cette amélioration des conditions d’accès au crédit engendrera la création de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois.

Le chômage demeure une problématique majeure au Burundi et particulièrement au sein de la jeune population. Au cours des dernières années, l’économie burundaise n’a pas pu créer des opportunités d’emplois pour le nombre croissant de demandeurs d’emplois; que ce soient ceux qui sortent du système éducatif ou ceux qui évoluent dans le milieu rural. De plus, avoir accès au crédit, comme moyen de commencer ou développer sa propre entreprise, est extrêmement difficile pour les jeunes entrepreneurs burundais. Le simple fait d’être un jeune au Burundi est un obstacle en soit. Ces jeunes ne sont pas souvent en mesure de fournir les garanties importantes requises par les institutions financières locales afin d’obtenir un prêt.

Le Fonds renouvelable Kazoza (FR-KAZOZA) constitue donc une piste de solution face à cet enjeu et permet de réduire les obstacles liés à l’accès au crédit en fournissant aux jeunes entrepreneurs une garantie contre leurs prêts.

L’exécution du projet FR-KAZOZA

Actuellement, Kazoza fait usage des services de KIVA pour la concrétisation du projet de FR-KAZOZA.

KIVA est une organisation à but non lucratif basée en Californie. Sa mission est de connecter les emprunteurs et les prêteurs afin de financer les micro-projets et ainsi palier à la pauvreté dans les pays en voie de développement.

Grâce à l’internet et à un réseau mondial d’institutions de micro-finance, KIVA permet aux individus de prêter de l’argent et ainsi créer des opportunités de sortie de pauvreté dans les pays en voie de développement comme le Burundi.

Au Burundi, TURAME Community Finance est le partenaire officiel de KIVA qui se charge de l’acceptation, l’analyse et l’octroi des prêts.

Les groupes actuellement financés par KAZOZA

Actuellement, KAZOZA a financé à hauteur de 31 575 $ plus de 800 personnes regroupées dans 42 groupes différents . Les membres de ces groupes effectuent des activités diversifiées, allant de l’agriculture jusqu’à la vente au détail et du matériel de construction.

Le processus...
  1. Les individus désirant obtenir un prêt s’adressent à TURAME Community Finance au Burundi. Cette dernière se charge de l’analyse de la demande de prêt conformément aux exigences de cette institution.
  2. Si les demandes de prêts sont approuvées par TURAME, cette dernière se charge de les publier sur le site Internet de KIVA (www.kiva.org). Sur ce site, on y trouve la description des emprunteurs, le montant recherché, la période de remboursement, l’activité du groupe, etc.
  3. KAZOZA analyse donc les demandes de prêts disponibles sur le site Internet de KIVA et décide qui financer en suivant une grille d’évaluation et un processus décisionnel propre à KAZOZA.
  4. Une fois la décision prise, KAZOZA débourse les fonds via KIVA, qui se charge ensuite d’acheminer les fonds à TURAME.
  5. À la fin de l’échéance de remboursement, ou selon les échéances de remboursement convenus, les emprunteurs remboursent le prêt à TURAME, ce dernier le réachemine à KIVA, qui à son tour rend ces fonds à KAZOZA.
L’impact de notre action

Le financement de KAZOZA, à travers le FR-KAZOZA, permet aux groupes financés de réunir le montant recherché, pour la réalisation de leurs projets ou l’augmentation de leurs capitaux.
La plupart des membres des groupes financés ont des enfants en bas âges. En augmentant leur capital, cela leur permet d’investir plus et de gagner plus. Avec leurs profits, ils peuvent épargner plus et subvenir en même temps aux besoins de leurs enfants (les frais scolaires, soins de santé, etc.)

Par exemple :
Adidja fait partie d’un des groupes financés par le FR-KAZOZA. Elle habite à Bujumbura. Elle a 29 ans et est mariée à Libère, un cuisinier. Ensemble ils ont 4 enfants âgés de 4 à 12 ans, dont 3 étudient. De plus, elle a sous sa charge un autre enfant qui étudie. Elle fait le commerce d’huile de palme depuis 10 ans.
Avec le crédit qu’elle a obtenu, elle va augmenter son capital et acheter une grande quantité d’huile de palme à revendre, pour gagner plus.
Dans les prochaines années, elle voudrait construire une maison dans sa propre parcelle et voir ses enfants étudier et terminer leurs études.